.
.

Bien informer pour mieux décider

.

Presentation du SIM


Le SIM bétail a démarré ses activités en 1991. Il était logé à la Direction des Statistiques Agropastorale (DSAP) du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage. Au terme de l’appui financier apporté par la Coopération Française, le SIM bétail a continué ses activités à partir exclusivement des ressources financières de la DSAP.

En 2003, des tentatives d’inscription d’une ligne budgétaire pour assurer la prise en charge du fonctionnement du SIM bétail n’ont pas abouti à cause des restrictions budgétaires de l’époque. Ainsi, l’appui apporté en 2002 au SIM bétail par le FODEL s’est poursuivi jusqu’au premier trimestre 2003 avant que le Projet d’Appui et de Lutte contre la Pauvreté en Milieu Rural (PAMIR) ne prenne le relai du financement.

A la création du Ministère des Ressources Animales en juin 1997, le SIM bétail fut rattaché au Service des Statistiques Animales de la Direction des Etudes de la Planification (DEP).

En 2006, à la faveur de la création de la DGPSE, le fonctionnement du SIM/bétail est de nouveau assuré par le budget de l’Etat. Les difficultés dans la mobilisation des fonds sont à l’origine de la léthargie que traverse le SIM Bétail.

Le SIM/bétail est actuellement une activité de la Direction Générale des Etudes et des Statistiques Sectorielles (fusion entre DGPSE et DEP) et précisément à la Direction des statistiques sectorielles.


De sa création en 1991 à ce jour, le SIM-bétail a toujours été rattaché au service des statistiques du Ministère chargé de l’Elevage. Il est actuellement logé à la Direction des Statistiques Sectorielles (DSS) du ministère des ressources animales et halieutiques.

Selon le DECRET N°2016-298/PRES/PM/MRAH du 29 avril 2016 portant organisation du Ministère des ressources animales et halieutiques, la Direction Générale des Etudes et des Statistiques Sectorielles (DGESS) est chargée de la conception, de la programmation, de la coordination, du suivi et de l’évaluation des actions de développement du Ministère des ressources animales et halieutiques. Elle comprend trois (03) directions : la Direction des statistiques sectorielles (DSS), la Direction de la formulation des politiques, des programmes et projets (DFPP), la Direction de la planification et du suivi évaluation (DPSE).

Le SIMB vise, d’une part, l’amélioration de la commercialisation du bétail et des produits d’élevage et d’autre part, le renforcement de la pertinence des politiques d’élevage par une meilleure prise en compte de la situation et de la dynamique des marchés à bétail. Par rapport à l’objectif d’amélioration de la commercialisation qui constitue la priorité des acteurs privés, les SIM visent à assurer la transparence et l’efficacité du marché en réduisant les asymétries dans l’accès à l’information. Ceci devrait contribuer à rééquilibrer les pouvoirs de négociations, faciliter les arbitrages spatiaux et temporels et déboucher sur une redistribution plus équitable des marges de commercialisation entre les différents acteurs de la chaîne de valeur Bétail.

De façon concrète, au niveau des pasteurs et professionnels des marchés, l’information sur les prix leur permet de mieux vendre et d’être capables de répondre aux « signaux du marché », c’est-à-dire de tenir compte de la demande ou de l’offre reflétée par les prix.

Les missions d’un SIM bétail peuvent entre autres être résumées à :

  • Améliorer la transparence des marchés à travers une circulation rationnelle de l’information sur les prix vers les différents acteurs du marché;
  • Améliorer le suivi des exportations du bétail;
  • Détecter, confirmer ou infirmer les situations de crises alimentaires dans certaines zones par une observation soutenue des marchés et suivre l’impact de l’intervention de l’Etat sur ces marchés;
  • Suivre de manière régulière l’évolution des produits et des prix;
  • Fournir aux décideurs, les informations nécessaires à la définition d’une politique commerciale..